Mon panier

Aucun produit
ACCUEIL > ROMANS > NÉGRITA
NÉGRITA

NÉGRITA

De Odile MARLIACY

De 1835 au début du vingtième siècle, en préambule une esquisse de la condition des esclaves noirs dans les Antilles françaises
1929. Quelques années plus tôt, le temps d’un battement de cils, les Martiniquais gagnaient le droit d’être appelés «Hommes» par ceux qui les avaient toujours considérés comme des bêtes.
Digne descendante d’une lignée de femmes courageuses, la petite Négrita voit le jour en octobre de cette année là. Abandonnée par une mère dont la destinée ne se résume qu’à la souffrance et à la soumission, l’enfant de la honte grandit au rythme des traditions, de la misère, et de l’amour qu’elle reçoit de sa merveilleuse grand-mère.
Les années d’innocence de l’enfance passées, la belle à la peau presque aussi noire qu’une nuit sans lune s’éveillera au désir et à l’amour avec celui dont elle n’aurait jamais dû tomber amoureuse.
Entre passion, jalousie et haine, cet amour aussi éphémère que magnifique connaîtra une fin tragique et la femme qu’elle est devenue s’enfuira de son île pour échapper à la douleur et au sang.

***

Née en 1975, à Lyon, d’un père Martiniquais et d’une mère originaire d’une petite bourgade de l’Ain, Odile Marliacy est la première enfant métisse d’une très grande famille. Son parcours scolaire est des plus banal et elle travaille aujourd’hui dans une entreprise de service social.
Elle a, depuis toujours, ressenti l’envie d’écrire. C’est lorsque son père, dont elle était très proche, décède en 2008 qu’elle se lance dans l’écriture de Négrita.
Négrita est pour elle un hommage à son père qui a appris à ses frères et à elle les valeurs de la vie. Il les a bercés d’histoires de son enfance et de coutumes.
Il était important pour Odile de retranscrire une partie de son héritage qui tient une immense place dans sa vie.
Elle a aussi écrit, en grande partie, cette histoire parce qu’elle a connu dans sa petite enfance les difficultés liées au fait d’être issue du métissage et d’être parfois tiraillée entre deux cultures qui, en réalité, ne demandent qu’à se rapprocher.


Télécharger l'extrait en pdf (99 Ko)