Mon panier

Aucun produit
ACCUEIL > DE TOUT... UN PEU > LO CONSCRIT DEL LENGADOC
LO CONSCRIT DEL LENGADOC

LO CONSCRIT DEL LENGADOC

De ROBERT GILIS

Car Sénher, quand me soi atrapat a la lectura de vòstre recit sa-biái d’avança qu’aquò me trobariá pas indifferent : coneissiái ja vòstra brave còp de calam.Ma suspresa çaquelà, foguèt de las gròssas quand comprenguèri que largariái pas lo libret abans de n’aver acabada la lectura.
Òc, es plan d’interès e aviái cocha d’arribar a la fin.Aquel raconte d’un autor que pauc a pauc far son òme pòt pas trobar cap de le-geires indiferent.D’aitan que los legeires qu’an agut conescut la temporada que describètz i retròban lor jovenesa.
Avètz pas obrat isoladament e la bèla tenguda del tèxte se deu a l’ensemble de vòstra còlha que ne coneissi practicament cada membre.
Pòdi pas desirar qu’una causa : que per nòstre plaser e per la lenga occitana, que nos balhetz un tresen obratge.Pauc impòrta qu’amassetz de sovenirs o que fagatz vòstre pichòt sicap, l’essen-cial es qu’avètz de causas a dire en òc. Gausi devinar que avètz quicòm mai darrèr lo suquet.
Sètz pas un cas isolat mas la vòstra singularitat es d’aver revis-colada la vòstra memòria e d’aver capitat de ne tirar un parlar afinolit ambe los amics que i son anats a qual mai.Atal entratz en comunion ambe los lectors actius e potencials.
Escrivètz! Cristian RAPIN

Cher Monsieur, dès que j’ai entamé votre récit « Le conscrit du Languedoc », j’avais l’intuition qu’il ne me laisserait pas insensible, connaissant déjà votre plume. Pourtant, grande fut ma surprise quand je compris que je ne le lâcherais plus jusqu’à sa dernière page. Oh ! Oui, il est accrocheur, j’avais hâte de le découvrir jusqu’au bout. Ce récit d’un écrivain qui, pas à pas, fait revivre le petit homme qu’il porte en lui, ne peut laisser personne indifférent, et pas seulement les lecteurs, qui, par leur vécu, vont aussi retrouver les souvenirs de leur jeunesse.
La belle facture du texte occitan est le fruit de votre pratique affinée de la langue et du travail collectif de l’équipe qui vous accompagne, dont je connais pratiquement tous les membres et que vous avez su motiver.
Je ne peux souhaiter qu’une chose : pour notre plaisir et pour notre langue occitane, préparez-nous encore un troisième ouvrage. Qu’il s’agisse d’autres souvenirs retrouvés ou du fruit de votre pensée, ce qui compte c’est tout ce que vous avez encore à nous dire en occitan. On imagine sans peine qu’il y en a encore « debàs la berreta » !
Votre singularité, c’est d’avoir redonné la vie à votre mémoire, et de la faire parler pour nous dans une langue belle et fignolée, « l talh » par vos amis.
Ainsi, c’est une communion totale avec les lecteurs d’aujourd’hui et ceux de demain.
Écrivez ! Christian RAPIN

PORT GRATUIT JUSQU'AU 31 janvier 2014 (date d'expédition prévue)


Télécharger l'extrait en pdf (57 Ko)